Les effets du tabac sur mon corps et ma santé

Stress

Les fumeurs expliquent que les cigarettes contribuent à les calmer en période de stress.

Cependant les taux de stress observés chez les fumeurs adultes sont légèrement supérieurs à ceux des non-fumeurs. L’arrêt du tabac chez les adolescents contribue à la réduction du stress : la dépendance à la nicotine semble en effet exacerber le niveau de stress discréditant l’idée que la cigarette est un outil de contrôle de l'humeur1. On remarque d'ailleurs que l’humeur des fumeurs est stable en période de tabagisme et plus difficile à maintenir entre deux pauses cigarettes : les fumeurs ont besoin de nicotine pour maintenir le même état d’esprit que chez leurs amis ou collègues non-fumeurs. Il faut donc garder en tête que la consommation de tabac ne soulage pas du stress mais au contraire augmente le degré de stress. A méditer...

En ce qui concerne l’irritabilité, elle va de pair avec le stress. Il s’agit avant tout d’un frein pour votre entourage qui a peur d’avoir du mal à supporter vos sautes d’humeur et votre susceptibilité pendant les premiers jours de sevrage. Pour éviter tout conflit avec vos proches, expliquez-leur bien votre situation actuelle d’ancien fumeur : non seulement ils seront plus indulgents mais ils vous apporteront un soutien quotidien fort appréciable dans les moments les plus difficiles : la pause-café, l’après déjeuner, la soirée entre amis…

L’impact du tabac sur la peau est visible et quasi-instantané, le tabac accentue le vieillissement cutané2 au travers de plusieurs mécanismes.

Avec le tabac, on constate une baisse de l’élasticité de la peau3. En effet, les différentes substances chimiques que contient la cigarette empêchent le développement normal de la peau, sa bonne reproduction cellulaire et diminue ses apports en protéines de régulation. La cigarette favorise donc le relâchement cutané et accentue l’existence de carcinomes et kératoses aux alentours de la bouche3.

Les 1ers signes de ce vieillissement prématuré se retrouvent au niveau du contour des yeux et de l’ovale du visage.
De façon générale, on retrouve chez les fumeurs : l’apparition des rides marquées, un teint grisâtre, des cernes, ainsi qu’un épaississement de la peau4.

En nuisant à la bonne circulation sanguine, le tabac entraine aussi une dégradation des pathologies cutanées telles que le psoriasis et la couperose5. Enfin il est coutume de dire que le teint de la peau est grisâtre et plus mâte chez les grands fumeurs, ce qui pose un problème esthétique.

À l’instar de ses effets sur la peau, le tabac possède également des effets néfastes sur les cheveux.

Les cheveux ont la capacité de stocker en mémoire durant une longue période les substances ingérées par l’organisme, on y retrouve donc les substances contenues dans le tabac.
A cause des nombreux composants présents dans la fumée, les cheveux des fumeurs ne parviennent pas à se nourrir des nutriments nécessaires à leur revitalisation. Les apports en oligo-éléments, en acides aminés et en vitamine B sont obstrués par les produits toxiques issus de la consommation tabagique.

Ainsi, les fumeurs présentent des cheveux qui grisonnent plus vite que les non-fumeurs.

De plus, le tabac nuit à la pousse de cheveux puisqu'il détruit petit à petit le génome capillaire et encourage ainsi la chute des cheveux chez les fumeurs6.

En France 35% des femmes de 20 à 44 ans qui fument prennent en même temps la pilule7

Or la pilule contraceptive et le tabac ne font pas bon ménage : le risque cardiovasculaire (veineux et artériel) lié à la prise d’une pilule contraceptive oestro-progestative et au tabagisme est bien connu. Il se traduit par un risque d’accident vasculaire cérébral et d’embolie pulmonaire parfois mortel.

Il est lié au degré d’intoxication tabagique, à l’âge de la patiente et au type de contraceptif. Il doit également tenir compte des autres facteurs de risque (obésité, sédentarité, dyslipidémie, etc.)8

De plus l’association pilule et tabac entraine des complications en terme de circulation sanguine. Les accidents cardiovasculaire de type AVC ou infarctus du myocarde sont significativement augmentés : l'association tabac et pilule oestro-progestative augmente le risque d'accident cardiovasculaire par 2039. Selon une étude OMS le risque d'infarctus du myocarde est multiplié par 11 en cas de tabagisme seul et par 87 lors de l'association tabac (>10 cigarettes par jour) et contraception orale10.

Pour plus d’information, parlez-en à votre médecin pour envisager ensemble les solutions dans le cadre d’un sevrage tabagique efficace et la prise en compte des interactions thérapeutiques notoires.

Il existe de nombreuses preuves sur les effets néfastes du tabagisme sur la santé bucco-dentaire.

Ces preuves permettent d'appuyer la nécessité d’arrêter la cigarette et cela quel que soit votre âge.

Pour exemple, le tabac est un facteur de risque majeur en raison de l’action de la nicotine sur la réduction du diamètre des capillaires qui irriguent les gencives. Résultats : une diminution de la concentration en oxygène et une réduction des capacités du corps à se défendre contre les bactéries de la plaque dentaire. Au final on peut observer une cicatrisation des gencives plus difficile, l'apparition possible d’une parodontite et des tâches noirâtres sur les dents (liées au goudron et à la nicotine)11. Ces tâches ne sont pas définitives, elles disparaissent progressivement lors de votre sevrage tabagique.

Le risque le plus dangereux encouru est l’apparition du cancer de la bouche : il peut se développer au niveau du plancher de la bouche, de la langue, des amygdales, du palais, des joues, des gencives et des lèvres. Les fumeurs ont des risques de cancer de la bouche 2 à 5 fois supérieurs à celui des non-fumeurs. Le risque augmente avec le nombre de cigarettes fumées par jour et le nombre d'années à avoir fumé. Concernant les fumeurs de cigares, ces derniers ont jusqu'à 10 fois plus de risques de développer un cancer buccal que les non-fumeurs12.

Aujourd'hui selon l’Institut national du cancer, 70% des cancers de la bouche sont diagnostiqués trop tardivement, ce qui réduit les chances de guérison. Plus un cancer de la bouche est détecté tôt, plus les traitements sont efficaces.

Prenez rendez-vous chez votre dentiste pour faire un examen de la bouche : les lésions causées par un cancer de la bouche ne sont souvent pas douloureuses et difficiles à repérer soi-même.
La prise en charge des différentes lésions bucco-dentaires impose le sevrage tabagique total et définitif. Pour plus d’informations, consultez bien votre médecin ou votre dentiste qui sera capable de vous mettre à disposition la solution adaptée à vos besoins.

1. Parrott AC et al. Am Psychol. 1999 Oct;54(10):817-20
2. Kennedy C, Baqtiaens MT, Bajdik CD et al, Leiden Skin Cancer Study. Effect of smoking and sun on the aging skin, J Invest Dermatol 2001
3. Daniell HW, Smoker’s wrinkles. A study in the epidemiology of « crow’s feet », Ann Intern Med, 1971 (http://annals.org/aim/article/685985/smoker-s-wrinkles-study-epidemiology-crow-s-feet 
4. Morita A et al. J of Investigative Derm Symposium Proceedings 2009:14;53–55 
5. https://www.dermaharmony.com/psoriasis/alcoholtobaccopsoriasis.aspx
6. Trüeb RM et al. Dermatology, 2003;206:189-91
7. Communication de Christian Jamin, JTA, 2003 http://www.stop-tabac.ch/fr/les-effets-du-tabagisme-sur-la-sante/pilule-et-tabac-attention-danger?responsivizer_template=responsivizer 
8. Rosenberg MJ et al. Am J ObstetGynecol 1996; 174:628-32
9. Lancet. 1981 Mar 7;1(8219):541-6
10. WHO Collaborative Study Lancet 1997;349: 1202-9
11. Warnakulasuriya S et al. IntDent J. 2010 Feb;60(1):7-30
12. Winn DM. et al. J Dent Educ. 2001 Apr;65(4):306-12